samedi, novembre 01, 2008

Monsieur Bourguiba







C'est en voyage en Tunisie, ce beau pays, que j'ai appris ce qu'avait fait Habib Bourguiba, notamment, les mesures qu'il avait prises pour les Tunisiennes. L'idée selon laquelle, les caractéristiques différentes des deux genres, masculin et féminin, impliquent la nécessité d'attribuer les rôles dans la société, dans la famille, dans l'entreprise en fonction de ce genre, est insupportable. Ainsi des professions seraient réservées aux hommes, d'autres aux femmes, et dans la famille les tâches ménagères ou parentales devraient aussi être sexuées. « Ce que j'ai fait pour la femme demeure la fierté de mon œuvre », se targue-t-il, à raison, en 1972. La Tunisienne tient pendant son mandat une place inédite dans le monde arabo-musulman. Dès 1956, il promulgue l'avant-gardiste code du statut personnel qui interdit la polygamie et remplace la répudiation par une procédure de divorce judiciaire. Plus tard, il légalise la pilule contraceptive et l'avortement avant bon nombre de pays européens.



Yannick Foll



Monsieur Bourguiba Paroles musiques Yannick Foll
Tous droits réservés



Refrain

Lam................................................Mi.....Lam
Monsieur Bourguiba, monsieur Bourguiba
Lam.................................................Mi.....Lam
Vous fûtes pour cela un grand chef d'état
Rem.....................................................................Lam
Vous fûtes et resterez un grand parmi mes grands
Lam.....................................................Mi.............Lam
Demain ou dans cent ans on ne vous oubliera pas





En 1955 vous revîntes au pays
Des idées plein la tête voulant changer la vie
Acclamé en héros par vos frères tunisiens
Le combattant suprême revenait près des siens

Vous comprîtes très vite parlant de liberté
Qu'il vous faudrait aussi parler d'égalité
Vous avez bousculé des pratiques des tabous
Les femmes tunisiennes ne seraient plus à genoux

Au refrain

Estimant que les hommes n'ont pas le cœur assez grand
Que l'on ne peut pas aimer deux femmes en même temps
Vous fîtes interdire la polygamie
Et la répudiation devint aussi bannie

Et puis pour bien montrer, que vous parliez de liberté
Qu'on ne pouvait les marier sans leur consentement
Vous avez prohibé les mariages arrangés
Elles seules, choisiraient leur amour librement

Au refrain

Grâce à vous les femmes allaient vivre debout
Pourraient enfin voter comme leurs époux
Elles s'affranchiraient et s'émanciperaient
Et feraient des bébés quand elles le désiraient

Ce n'est pas la rose, c'est encore moins l'œillet
Qui symbolisent la liberté et l'égalité
C'est l'odeur du jasmin, c'est l'odeur du jasmin
Le parfum du bonheur du peuple tunisien

Au refrain janvier 2006

1 commentaire:

claire gendre a dit…

En image, j'aurais justement mis du jasmin. Bel hommage à M Bourguiba et aux femmes en général.